Affaire Khashoggi : la CIA livre ses éléments à des sénateurs américains

0
17

Après les fuites selon lesquelles la CIA avait conclu à la responsabilité du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) dans l’assassinat du journaliste dissident Jamal Khashoggi, la directrice de l’agence américaine du renseignement extérieur Gina Haspel avait été invitée à s’exprimer devant le Sénat américain pour présenter les éléments dont elle disposait dans cette affaire qui a bouleversé l’opinion mondiale.

Or, la cheffe de la CIA avait marqué la séance, organisée la semaine dernière, par son absence. Au contraire du chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, et du secrétaire d’État à la Défense, Jim Mattis, qui avaient partagé à l’occasion leurs connaissances sur le dossier. Et avaient réaffirmé n’avoir aucune preuve de l’implication de MBS.

Une semaine plus tard, alors que de nouvelles révélations ont indiqué ce week-end que la CIA avait intercepté 11 messages envoyés par le prince héritier, avant et après le meurtre, à son bras droit Saoud al-Qahtani, l’homme qui aurait supervisé l’assassinat de Jamal Khashoggi, la directrice de l’agence, Gina Haspel, a finalement accepté de venir présenter les éléments dont elle dispose devant le Sénat.

Organisée à huis clos, la réunion, qui a duré une heure, ne rassemblait qu’une poignée de sénateurs, dont les chefs républicain et démocrate du Sénat, ainsi que les responsables des commissions liées aux questions de sécurité. Si le contenu exact de la rencontre n’a pas filtré, les élus qui y ont participé ont indiqué avoir assisté à un « exposé très clair » du renseignement américain, et en sont ressortis convaincus de la responsabilité directe de Mohammed ben Salmane.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here